Vous devez être inscrit sur le site pour participer à cet événement

Connectez-vous

Vous n'avez pas de compte sur le site?
Créez votre compte
  • Conférence web diffusion
    11
    juin 2021,
    11:55 - 15:00

Argument :

Selon plusieurs observateurs, la crise sanitaire actuelle et les changements climatiques qui ont cours depuis les deux dernières décennies sont les deux visages d’une même crise environnementale qui menace l’ensemble la biosphère et ses habitants, animaux y compris. Généralement bien documenté par de nombreuses études scientifiques, ces bouleversements qui affectent l’ordre du vivant, peinent pourtant à trouver des réponses et un écho partagé chez différents acteurs qui devraient, par ailleurs, tout mettre en œuvre pour que le Principe de précaution s’applique partout à l’échelle planétaire.

Or comment comprendre l’existence chez plusieurs, pour ne pas dire chez une multitude, du déni des effets de cette crise ? Dans l’esprit de cette nouvelle collectivité négationniste, la crise climatique ne peut être qu’une chimère sans avenir, ou dit d’une manière plus radicale, qu’une tromperie généralisée. Or cent ans après Freud et sa « Psychologie collective » assiste-t-on aujourd’hui avec le négationnisme climatique à la naissance d’un nouveau type de formation psychique de masse: le déni collectif ?

Devant l’ampleur et l’étendue du phénomène des changements climatiques et de la crise environnementale qu’elle sous-tend, comment passer collectivement de la mélancolie à la coopération?  Et que peuvent les psychanalystes et les anthropologues devant cette détérioration continue de nos écosystèmes dans lesquels les communautés humaines se sont développées?  Quels sont les ressorts psychiques et sociaux de cette crise à grande échelle ? Quels sont nos moyens de les penser et d’agir ?

Voilà quelques idées que nous aimerions soumettre au débat et à la discussion en compagnie de nos deux invités et du public.

Avec Luc Magnenat, psychanalyste et Richard Gendron, anthropologue.

 

Biographie de Luc Magnenat

Luc Magnenat est psychiatre et psychanalyste. Il exerce en pratique libérale à Genève et est membre formateur de la Société Suisse de Psychanalyse et du comité de rédaction de l’année psychanalytique internationale. Il est lauréat du prix scientifique Germaine Guex attribué par la Société Suisse de Psychanalyse (2000) et lauréat du prix Maurice Haber décerné par le Revue Belge de psychanalyse (2018) pour son article « L’environnement non humain de Searles, revisité à la lumière de la théorie de la pensée de bion et à l’ombre de la crise environnementale ».

Il a publié en 2006 un ouvrage adressé au grand public sur Freud, « FREUD : IDÉES REÇUES ». Il s’est intéressé aux enjeux psychosomatiques de la pratique psychanalytique et a publié en 2016 dans THE INTERNATIONAL JOURNAL OF PSYCHOANALYSIS un article intitulé PSYCHOSOMATIC BREAST AND ALEXITHYMIC BREAST : A BIONIAN PSYCHOSOMATIC PERSPECTIVE. Cet article a été repris et traduit en français en 2017 dans L’Année Psychanalytique Internationale.

En 2019, il dirige la publication de LA CRISE ENVIRONNEMENTALE SUR LE DIVAN, premier ouvrage francophone de psychanalyse qui s’intéresse à l’écologie, dans lequel dialoguent des psychanalystes et des écologues à propos de l’état de notre planète et de l’impact de la crise environnementale sur notre psyché, nos corps et nos cultures.

Biographie de Richard Gendron

Anthropologue de formation, Richard Gendron a travaillé comme enseignant, chercheur, gestionnaire et organisateur communautaire.  Il a enseigné à l'Université de Montréal (anthropologie des questions ethniques) et à l'École polytechnique (aspects sociaux des technologies ; sociologie du risque : sociologie de l'environnement).

Particulièrement interpellé par le thème de la relation entre l'être humain et la nature, et conséquemment par les questions de santé et d'environnement, il s'est ainsi penché sur les enjeux de l'alimentation, de l'ethnobotanique et de l'agriculture traditionnelle (au Népal notamment).

Il a co-fondé en 1987 le groupe "Les Ami-e-s de la Terre de l'Estrie" et initié la tenue en 1991 d'une importante conférence sur le thème "Environnement et coopération".    En 1994 il a siégé sur le tout premier comité chargé par la fédération canadienne d'élaborer un plan d'action pour donner suite à la Convention internationale sur les changements climatiques. il a ensuite participé à deux reprises aux négociations internationales relatives à ce sujet, à titre de conseiller au sein de la délégation canadienne à l'ONU.

Ayant séjourné plus de deux ans en Asie, et œuvré quelque temps dans le domaine de la coopération internationale, il est de plus en plus convaincu de la nécessité d'un ré-enracinement des individus dans de petites communautés humaines visant l'atteinte d'un meilleur équilibre avec leurs environnements.

Lieu:  

Adresse:
N/A, Montréal, Québec, Canada

Description:

Un lien de connection virtuel (ZOOM)  vous parviendra dans votre boite courriel quelques heures avant l’activité. Veuillez vérifier avant de communiquer avec nous.

N.B. Nous ne sommes pas responsable des omissions ou des erreurs dans votre adresse.