Vous devez être inscrit sur le site pour participer à cet événement

Connectez-vous

Vous n'avez pas de compte sur le site?
Créez votre compte
  • 2
    avril 2016,
    09:00 - 16:30

Téléphone de la manifestation: 514-383-1240

La situation oedipienne n’est pas facile à élaborer dans notre travail clinique. L’omnipotence et la non-reconnaissance du couple parental peuvent longuement y faire écran. Comment la scène primitive peut-elle venir parler de l’évolution ou non du couple parental sur l’espace psychique? Comment articuler le complexe d’oedipe (et la scène primitive) à la position dépressive de Mélanie Klein? Qu’en est-il de l’envie du pénis et du surmoi féminin face à ces difficultés d’élaboration? Inspirés de Freud, de Mélanie Klein, de Winnicott, différents auteurs dont Catherine Chabert, André Green, Jean-Marie Quinodoz, Maria Torok, Ronald Britton (du côté anglais) et quelques autres viendront alimenter notre réflexion sur ces questions. Des vignettes cliniques et des échanges concernant notre propre clinique seront également mis de l’avant.
Lectures suggérées : Dispaux M.F., Une construction difficile : la scène primitive dans les stuctures limites, RFP, Tome LXXXIV, octobre 2010, p. 1037-47Chabert Catherine, Que reste-t-il de nos amours?, Filigrane, vol.19, automne 2010, p.9-20» Louise Mercier, psychologue et psychanalyste, membre de l’OPQ et de la SPQ Date : samedi 2 avril 2016 de 9 h à 16 h

» Louise Mercier, psychologue et psychanalyste, membre de l’OPQ et de la SPQ

Date : samedi 2 avril 2016 de 9 h à 16 h

Prix : Membres: 125$ / Non-membres: 160$

60$ tarif étudiant lorsque le nombre de participants le permet.

Vérifier deux semaines avant la date prévue si l'activité est maintenue

Lieu:  

Adresse:
911 rue Jean-Talon est, local 310, Montréal, Quebec, Canada

Laissez un commentaire