Vous devez être inscrit sur le site pour participer à cet événement

Connectez-vous

Vous n'avez pas de compte sur le site?
Créez votre compte
  • 9
    mars 2022,
    18:30 - 21:00

Parler de ses peines, c'est déjà se consoler.
Albert Camus, L'Homme révolté.

Dans la littérature, le passage se fait, d'un saut,
par le franchissement d'un seuil,
du temps qui détruit au temps qui conserve.
Danièle Sallenave, Le Don des Morts.

Songes, rêves et rêveries dont naissent littérature, art et musique,
si nous vous aimons à ce point, serait-ce parce que vous nous offrez une vie seconde
et nous donnez pour un temps l'illusion de nous délivrer de la mort ?
J.-B. Pontalis, Le Dormeur éveillé.

Problématique et questions : prière de vous référer à l'argumentaire présenté pour la
première soirée-débat (appq.com), la seconde soirée étant un prolongement de la première.
Aux questions des répercussions de la pandémie sur les personnes endeuillées et sur leur
entourage et de l'importance des rituels funéraires pour faciliter les processus de deuil
s'ajoutent les questions de la création et de la mémoire en lien avec l'expérience de deuil,
pandémique ou non. Le deuil, ici, doit être référé à un décès — subit, survenu suite à une
maladie ou à un autre événement. Quant au deuil pandémique, les notions de deuil collectif,
celles de deuil complexe et prolongé et de deuil suspendu gagneront à être mieux définies et
davantage élaborées.

L'engagement dans un travail psychothérapique et/ou artistique (écriture, théâtre, dessin,
peinture, bande dessinée, photographie, etc.) favorise(nt)-il(s) le passage du chaos intérieur à
une mise en sens et en ordre? La création est-elle un acte cathartique? La capacité de
sublimation met-elle un baume sur la souffrance de l'endeuillé.e et sur son entourage? Suffit-elle à soutenir le processus et la résolution du deuil?

Pour relancer ce sujet, rappelons deux moments clés des présentations réalisées pendant la
première soirée-débat :
• Catherine Grech :
L'aide médicale à mourir : est-ce une autre manière de se délester des vieux corps malades et
dépendants? De se libérer de la vulnérabilité et de l'indignité des grands vieillards?
• Nicolas Lévesque :
Le deuil nous transforme, il est une révolution qui nous oblige à nous ré-inventer. Par le deuil,
on se transforme, on est créatif. Se transformer et laisser une trace de soi.

Formule : nos deux invitées du 9 mars 2022 disposeront chacune d'une période
de 30 minutes pour nous faire part de leur réflexion en lien avec la problématique du deuil et
de la création. On demandera à chaque présentatrice de réagir à la présentation de l'autre. Il y
aura ensuite une période de discussion d'une heure environ avec les participant.e.s. Si le temps le permet, nous fermerons la soirée avec une lecture choisie tirée d'un texte lié au thème.

: En visioconférence

Attention: les billets sont en vente jusqu'au 8 mars à 18h. Il ne sera plus possible de s'inscrire après coup.

Invitées :

  • Mélanie Vachon, Ph.D. Professeure au Département de psychologie, UQAM.
  • Emanuelle Dufour, Ph.D. Conseillère pédagogique au Collège Ahuntsic.

Titre et résumé de la présentation d'Emanuelle Dufour :
(Dé)construction de l'imaginaire social et expression du deuil à travers la bande
dessinée.
Pour cette soirée, Emanuelle Dufour désire procéder selon une approche
questions/réponses. À sa demande, elle répondra à des questions remises avant la
soirée-débat. Nous l'écouterons parler du geste graphique et du travail créateur quand
celui-ci entremêle le dessin et le texte sur des sujets d'actualité comme la grande
vieillesse, l'aide médicale à mourir, la perte d'un proche. Elle centrera l'attention sur le
récit de deuil de son grand-père à travers une bande dessinée déposée sur le web, et sur
l'aide médicale à mourir.
Il est souhaité que chacun.e, avant la soirée-débat, prenne connaissance du site web
d'Emanuelle Dufour et lise la BD intitulée (Grand)Papi demande à mourir (2017).
https://www.emanuelledufour.com

Titre et résumé de la présentation de Mélanie Vachon :
Le deuil pandémique : une souffrance intime sur fond de crise sociale.
Cette formulation reprend l'idée du titre d'une oeuvre d'art pour faire le parallèle avec
cette partie du projet que Mélanie Vachon souhaite présenter. La notion de «crise sociale» sera
exploitée dans ses diverses significations : la crise de la pandémie et la crise de sens
dans laquelle notre société est plongée — précisément en lien avec le rapport à la fin
de vie et au grand âge.
La présentation orale sera accompagnée d'une présentation d'oeuvres d'art et d'extraits
vidéos.

La soirée débat sera animée par Mme Chantal Saint-Jarre, psychothérapeute psychanalytique et membre de l'APPQ.

Chantal Saint-Jarre, Ph.D. a pris sa retraite de l’enseignement de la littérature au niveau collégial et de la pratique clinique privée. Outre de nombreux articles publiés en revues (psychanalyse, littérature), elle est l’auteure d’un essai [Du sida. L’anticipation imaginaire de la mort et sa mise en discours. Éditions Denoël, Collection l’Espace analytique, 1994 —Prix littéraire du GG 1994 - catégorie Études et Essais] et de trois études littéraires portant sur des textes d’auteurs du 19e siècle français [Victor Hugo (1999), Émile Zola (2008), Jules Verne (2014) : Éditions Beauchemin / Chenelière éducation]. Membre de l’APPQ depuis 1986, elle participe actuellement à la relance et à l’animation des soirées-débats, la première et la seconde portant sur le thème du deuil en temps de pandémie.

Références bibliographiques [+]

Lieu:  

Adresse:
N/A, Montréal, Québec, Canada

Description:

Un lien de connection virtuel (ZOOM)  vous parviendra dans votre boite courriel quelques heures avant l’activité. Veuillez vérifier avant de communiquer avec nous.

N.B. Nous ne sommes pas responsable des omissions ou des erreurs dans votre adresse courriel.