Vous devez être inscrit sur le site pour participer à cet événement

Connectez-vous

Vous n'avez pas de compte sur le site?
Créez votre compte
  • 24
    septembre 2022,
    09:00 - 16:00

Résumé:

Dans un corps à corps unique, exceptionnel, la mère allaitante offre son sein gorgé de lait à son
bébé, geste d’apparence naturel qui n’est pourtant pas sans éveiller une panoplie pulsionnelle
chez la mère comme chez le bébé. En effet, pour H. Parat (2019), l’allaitement au sein confronte
la mère à une réactivation pulsionnelle de façon spécifique « dans la mesure où il engage un
corps à corps particulier et met en jeu les liquides corporels dans leur aspect le plus concret »
créant ainsi un vécu parfois chaotique des nouvelles mères au moment de l’allaitement du bébé.
Jusqu’aux années soixante-dix, la psychanalyse, à l’instar d’autres disciplines, s’intéressait peu
aux phénomènes liés à l’allaitement maternel si ce n’est dans un but prescriptif et dans l’optique
des bienfaits au bébé, sans considération aucune pour ce sein qui fournit le lait. Les fantasmes,
rêves, souhaits, désir de mort, angoisses de dévoration, sentiment d’évidement et plaisirs
inavoués de la nourrice sont laissés dans l’ombre à la faveur de la jouissance et de la satisfaction
béate du bébé. Freud (1905) confirme cet état de béatitude quand il se réfère à l’image du bébé
rassasié qui s’endort au sein, comme étant le modèle et l’expression, voire le prototype de la
satisfaction sexuelle que l’adulte connaîtra plus tard. Il affirmera en 1946 que la mère dans sa
fonction maternelle devient la première séductrice de l’enfant et pour les deux sexes l’objet du
premier et du plus puissant des amours, emblème de toutes les relations amoureuses
ultérieures. Ainsi, la Femme elle-même se trouve écartée du décor, seule compte alors sa
production lactée.
Pourtant mentionne Parat (2019), l’allaitement montre, de façon évidente, combien une mère
peut se sentir mise à mal dans la passivité particulière qu’induit l’allaitement… car la voracité de
l’enfant et ses demandes incessantes peuvent provoquer des mouvements contradictoires chez
elle dont l’émergence de fantasmes de dévoration … et l’agressivité qu’ils suscitent en retour…
Aussi, pour se protéger d’un trop d’excitations pulsionnelles certaines femmes sentent le besoin
de prendre de la distance par rapport au nouveau-né « envahissant » et le laissent partir à la
pouponnière pendant un laps de temps afin de se retrouver, se calmer, avant d’embrasser leur
fonction maternelle grâce au contact peau à peau avec le bébé au sein. D’autres submergées
par leurs pulsions incontrôlables choisissent de donner le biberon qui a une fonction de pareexcitation nécessaire au regard de leur équilibre psychique…
Parat (2019) précise que pour la mère dont l’enfant continue à être « ’’branché ‘’ sur son
fonctionnement corporel » le sein oral dans la confusion des limites, est étrangement inquiétant
et l’un de ses effets est le vacillement identitaire de la femme. De même, poursuit l’auteure,
« La tension entre sein érotique et sein nourricier… est une des expressions du tabou de
l’inceste dans la confusion entre mère et femme qu’il combat ». (Parat 2019).
Angoissées parfois par l’inconnu de leur production lactée, certaines mères se demandent si la
fabrication de ce lait sera suffisante pour les besoins du bébé, si elles peuvent donner ce produit
inconnu de leur corps, et finalement s’il ne risque pas de tourner. Dans certaines cultures, la
croyance du lait « tourné » a des conséquences néfastes car il risque de plonger la femme dans
un délire psychotique passager, la rendre folle en lui montant à la tête. De plus, ce lait
« mauvais » peut également nuire au bébé jusqu’à provoquer sa mort. L’élixir que représente le
lait maternel se transforme alors en poison autant pour celle qui le fabrique que pour celui qui
s’en délecte. Ces expressions de lait maternel tourné, caillé, mauvais, bien connues chez les
Antillais et les Européens « disent l’ambivalence d’un sein virtuellement excrémentiel… » (Parat
2019). En effet, selon Parat (2014), le sein anal manifeste dans un contrôle exercé à travers le
rythme des tétés ou la régulation de l’alimentation devient ingérable, car bien qu’issue de son
propre corps, la femme ne maîtrise pas cette production inconnue qui semble avoir ses propres
lois. Ainsi la femme-mère troublée, ignore ce qu’elle donne à l’enfant autant qualitativement
que quantitativement ce qui soulève grandement ses angoisses maternelles. L’opposition entre
sein érotique, sein nourricier et sein maternel traverse les barrières culturelles.
Parat (2013) spécifie qu’au-delà des jeux de caché-montré d’un allaitement manifestement
ostentatoire ou pudiquement détourné, le sein peut être ressenti comme un organe inconnu,
étranger et rejeté dans son exigence corporelle. Mais le sein peut aussi « être un sein phallique,
celui de l’allaitement comblant d’une femme qui…pare son sein de la valeur phallique que
possédait pour elle le fœtus ». L’auteur précise que certaines femmes allaitent dans un vécu de
béatitude inégalé… Dans la même veine, Deutsch (1924), note que l’allaitement est aussi un acte
de jouissance sexuelle et elle souligne fortement les valeurs sexuelles de l’allaitement à travers
l’équation sein-pénis qui sous-tend divers troubles de la lactation. « Dès que le rôle sexuel de
l’appareil de succion prend trop d’importance, le refoulement intervient ».
Les glissements qui opposent la mère et la femme, le sein allaitant au sein érotique sont
extrêmement faciles…sein maternel et sein érotique renvoient à la relation du « féminin » et du
« maternel » (Schaeffer 1997). « Ce féminin érotique est éminemment nécessaire à la relation
mère-bébé car pour que le sein maternel soit psychiquement nourricier, il doit avoir été et être
encore érotique » (Parat 2013). Sur le plan manifeste demeure dans la relation homme-femme,
un persistant partage entre sein féminin (érotique) et sein nourricier.
Selon Parat (2013), « Ces seins érotiques, érigés, découverts et séducteurs sont à mille lieux du
doux sein maternel, nourricier, pudique, voire presque évanescent des vierges allaitantes » du
15ème siècle italien. Ces femmes dévoilent à peine un sein qui paraît presque incapable de leur
appartenir « tant il est à côté, séparé, perdu dans les plis d’un vêtement et à distance du corps,
objet nécessaire d’un lien, mais dans une incarnation sublimée », Parat (2013). Ce sein, objet
partiel de l’enfant ne paraît plus appartenir au corps de la femme devenue mère, il représente
alors le féminin refoulé des théorisations sur le maternel. En effet, encore aujourd’hui partout
autour de nous, dans la ville, les musées, les catalogues, voir sur les affiches publicitaires « les
seins érotiques ne sauraient être confondus avec les seins nourriciers ».
Faisant référence à L. Abensour, Parat (2013) présente le sein érotique de la mère du côté du
maternel sauvage avec ses violences et ses excès redoutés, ce qu’Abensour désigne comme
« l’effroi suscité par le maternel dans sa sensorialité, sa concrétude : le corps, le sexe de la mère,
ses désirs, sa jouissance… ». Pour finir, on pourrait résumer avec Parat 2013 que : « le bébé est
une « bombe » sexuelle pour la mère, un jouisseur, un provocateur incessant qui vient mettre
en tensions toutes les pulsions partielles de la femme devenue mère. Si la mère éveille la
sexualité de l’enfant, il le lui rend bien… ».
Cet aperçu nous dit ce qu’éveille l’allaitement maternel sans le dévoilement sous-jacent des
représentations prégénitales du sein dans ses fonctions : orale, anale, phallique…

Objectifs :
• Présenter les mouvements psychiques qui accompagnent la période de grande fragilité
qu’alimente tout particulièrement l’allaitement maternel.
• Souligner les mouvements psychiques plus spécifiquement liés à l’allaitement.
• Voir dans la clinique les enjeux transféro/contre-transférentiels parfois difficiles à
déceler chez des patientes dont la mise au monde et l’allaitement qui s’en suit ont été
fragilisés dans un milieu culturel donné.
• Ces objectifs permettent d’anticiper une éventuelle panique de la mère après la venue
du bébé, de prévenir une dépression post-ablactation, une psychose ou une
mésadaptation mère-bébé. Cette difficulté d’adaptation décelée permettra de contrer
toute négligence ou maltraitance future du nourrisson, du petit enfant et plus tard dans
la clinique de saisir l’origine des problématiques qui sous-tendent la relation
conflictuelle mère-enfant.
• Situer, si possible, l’impact de la culture d’origine ou ambiante sur les manifestions
psychiques liées à l’allaitement et leurs traductions singulières par le milieu socioculturel.
But :
• Favoriser une meilleure compréhension des bouleversements psychiques et
émotionnels qu’induit la périnatalité, plus spécifiquement l’allaitement, afin de
contribuer à une écoute psychanalytique plus adéquate en regard de ces phénomènes
d’apparence si naturels mais qui peuvent nuire à l’épanouissement de la nouvelle-mère.
• Déceler les failles et certaines fragilités afin de prévenir ou de contrer les entraves à la
relation mère-bébé ou les défaillances parfois imperceptibles en lien à l’allaitement et à
l’ablactation (dépression).
Méthode pédagogique : exposé théorique avec extraits d’exemples cliniques et échange avec
l’assemblée d’éventuels apports cliniques des participants.

Présentation de la formatrice:

Mme Marie-Claude Argant-Le Clair est docteur en psychologie et psychanalyste, membre de la Société Canadienne de Psychanalyse (SCP), de la Société psychanalytique de Montréal (SPM) et de l’Association Internationale de Psychanalyse (API). Elle fait partie de la Clinique Sociale de Psychanalyse de Montréal en tant que membre et clinicienne (SPM) et du conseil d’administration de la SPM. Elle travaille en pratique privée, auprès des enfants, des mère-enfants, des adolescents et des adultes. Elle est également psychologue experte à la Cour et au tribunal de la jeunesse. Elle fait de la supervision clinique auprès des professionnels de la santé. Chercheuse indépendante, elle a publié dans plusieurs revues : Prisme, Filigrane, Revue Belge de psychanalyse… en plus de donner des conférences sur des questions reliées à la bisexualité psychique, au désir d'enfant, à la parentalité, à la grossesse et à ses manifestations psychologiques dans des cultures différentes.

Attestation : Une attestation de participation sera remise aux participants.

No. d'accréditation: à venir

Références bibliographiques [+]

Lieu:  

Adresse:
N/A, Montréal, Québec, Canada

Description:

Un lien de connection virtuel (ZOOM)  vous parviendra dans votre boite courriel quelques heures avant l’activité. Veuillez vérifier avant de communiquer avec nous.

N.B. Nous ne sommes pas responsable des omissions ou des erreurs dans votre adresse courriel.