Trois couleurs: Bleu

Une jeune femme perd sa fille et son mari, un grand compositeur, et dans un accident d’auto. Soufflée par cette tragédie, elle se livre à une sorte de suicide moral en sombrant dans la dépression et l’anonymat. Des personnes de son entourage passé et présent la pressent toutefois de revenir à la vie pour satisfaire à leurs propres besoins. Leur insistance la fait tout de même sortir de son isolement, redécouvrir la musique attribuée à son mari défunt et revenir vers le monde des vivants.

Commentaire : 

Introduction

Dès la première fois que j’ai vu Bleu, j’ai été ébloui par le mystère de la puissance cinématographique de Kieslowski. Stanley Kubrick dit que Kieslowski et son coscénariste, Krzysztof Piesiewicz avaient:

« … la rare capacité de dramatiser leurs idées plutôt que de les dire… ils ajoutent une intensité qui pousse l’auditoire à découvrir ce qui se passe vraiment et non pas simplement à écouter un récit… vous ne voyez jamais venir les idées et vous réalisez seulement plus tard à quel point ils vous ont profondément touché. » (Kieslowski, K. et Piesiewicz, K., 1991, p. vii )

Le commentaire de ce film est fait par Richard Simpson, psychiatre, psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Montréal et du Lacanian Clinical Forum.

By | 2018-06-08T18:14:44+00:00 1 octobre, 2010|Cinéma|0 Commentaires

Laissez un commentaire