Moderato candabile

La vie intérieure étrangement belle et mélancolique d’une femme riche et oisive errant dans sa petite ville de province. Sa vie est à peine secouée par le spectacle d’un drame dans la rue, puis par la cour que lui fait un homme qui la suit pendant plusieurs jours. L’aventure qu’ils ont ensemble est marquée par l’insistance de cette femme que son amant lui raconte encore et encore le drame auquel l’un et l’autre ont assisté.

Commentaire : 

Jeanne
Pardon de vous interpeller ainsi, mais ça fait si longtemps que je vous appelle Jeanne et pourtant j'aime beaucoup votre nom depuis ma découverte de L'éducation sentimentale (de Flaubert.- n.d.é) où j'étais le seul interprète possible pour incarner Frédéric Moreau. Pas de «chère» non plus, ça nous mettrait, me semble-t-il, du côté du dîner chez les Desbaresdes, un nom avec tellement de « s » que le singulier a l'air d'y être exclu d'emblée. Si je dis seulement « Jeanne Moreau » en m'adressant à vous, ça me rappelle le journaliste qui vous interroge pour la promotion de Moderato Cantabile, alors non.

Le commentaire de ce film est fait par Patrick Cady, psychanalyste, sculpteur, auteur et consultant littéraire.

By | 2018-06-08T18:14:44+00:00 14 octobre, 2011|Cinéma|0 Commentaires

Laissez un commentaire