Léolo

Un préadolescent introspectif et fantasque surnage dans sa famille baroque et dysfonctionnelle, où souffle un constant vent de petite et de grande folie. Son imagination et sa fantaisie le tiennent à flot, au point même de lui faire s’inventer une naissance aussi improbable que rassurante. Jusqu’à ce que le bain de son entourage et de son héritage dissolve ses fragiles frontières et le fasse sombrer.

Commentaire : 

Avant que vous ne m’entraîniez dans la discussion sur vos propres sentiers, voici quelques pistes pour lancer nos échanges. J’ai choisi de m’intéresser, un peu à la manière d’une clinicienne, au jeune garçon Léo, le personnage principal de ce film. Mes propos trahiront forcément l’œuvre, car je laisserai de côté le travail de sublimation de Jean-Claude Lauzon pour aborder l’histoire présentée comme s’il s’agissait de celle d’un patient venant consulter avec sa famille

Le commentaire de ce film est fait par Lorraine Boucher, psychiatre et psychanalyste, membre de la Société psychanalytique de Montréal.

By | 2018-06-08T18:14:44+00:00 12 mars, 2010|Cinéma|0 Commentaires

Laissez un commentaire