Autour de la pensée de Sandor Ferenczi 


Débutant le : 2018-02-24

Heure de début: 09:00
Heure de fin: 16:30

Vous n'êtes pas identifié.

Avant de réserver une place, vous devez être inscrits sur le site et connectés.

Si vous déjà inscrits sur le site : Connexion

Nouveaux visiteurs : Inscription en ligne

Adresse:
Montréal
911 rue Jean-Talon est
local 310
Montréal, QC
Canada
Carte

Description:

Le trauma et son désaveu ont un impact sur les processus identificatoires, la sexualité, la relation du sujet à lui-même, aux autres et au monde. Il peut entraîner des réactions, ou solutions, allant d’une exacerbation du masochisme au délire paranoïaque, de la crainte de la folie à celle de l’effondrement. Les séquelles du trauma s’actualisent tant dans le transfert que dans le contre-transfert. La familiarité avec les idées et la théorie de Ferenczi concernant le trauma permet d’enrichir notre écoute et notre  approche auprès de patients aux prises avec les effets délétères de traumas, en particulier de traumas transgénérationnels. Nous aborderons les effets du trauma sur le corps et la psyché de ceux qui en sont victimes. La connaissance de l’œuvre et de la pensée de Ferenczi est également susceptible d’apporter un éclairage autre et d’être source d’inspiration pour notre réflexion sociale et politique. La nostalgie et l’illusion de l’unité, d’une vision du monde et pensée uniques, peuvent conduire à la peur et la haine de l’autre, à la « servitude volontaire », à la terreur. Y a-t-il encore place aujourd’hui pour la pluralité et la différence au lieu d’une vision imposée, pour la contradiction créative et la critique au lieu d’une pensée totalitaire, pour l’incertitude et le questionnement au lieu d’une certitude confortable et stérile, pour l’émancipation et la liberté au lieu de la domination et la terreur. Comment la psychanalyse peut-elle aujourd’hui aider à penser l’impensable et peut-être offrir des conditions de possibilité à la liberté de penser ?

Formatrice :Mme Josette Garon, psychanalyste SPM